y a t-il parmi vous des élèves précoces ?

#1
Et bien oui, je me posais cette question.... être surdoué..... ?

Est ce que quelqu'un a déjà été testé intellectuellement parmi vous ? Vivez-vous facilement cette précocité ?
Et vous sentez-vous différents des autres ?
 
#2
lol moi on m'a diagnostiquée comme ça résultat j'ai foiré mes études! :mad: (tout pareil pour mon frère!)
 
#3
mirzhin link=topic=5131.msg48468#msg48468 date=1129816020 a dit:
lol moi on m'a diagnostiquée comme ça résultat j'ai foiré mes études! :mad: (tout pareil pour mon frère!)
Ben moi c'est a peu près pareil, après avoir vu psy et compagnie quand j'étais petite !!! et j'étais si spéciale ( saute d'humeur, ne pas décrocher un mot à mes parents pendant 3 jours, de grandes différences de comportement à l'école....) Ben j'attend toujours l'illumination !!!! mais c'est vrai que dans certaines matières je m'ennuyer donc je fesais rien et ça a pas du aider!
 
#4
Portrait-robot d'un enfant précoce :

En général, l'enfant-doué ne commence à parler que lorsqu'il a saisi un minimum de grammaire et ses premières phrases sont construites et bien éloignées du "parler-bébé". Par la suite, il profitera de son aisance d'expression à chaque fois que l'occasion se présentera.

Le langage : En général, l'enfant-doué ne commence à parler que lorsqu'il a saisi un minimum de grammaire et ses premières phrases sont construites et bien éloignées du "parler-bébé". Par la suite, il profitera de son aisance d'expression à chaque fois que l'occasion se présentera. Il lui semblera tout naturel de participer à la discussion des adultes à tout bout de champ. L'enfant-doué aime beaucoup dialoguer avec les adultes. Son vocabulaire est très riche et il s'efforce d'utiliser "le mot juste" chaque fois qu'il le peut.

La lecture : L'apprentissage de la lecture n'est pas un problème pour l'enfant-doué qui peut même apprendre à lire tout seul avant l'âge légal. Ensuite, il manifeste un grand intérêt pour les encyclopédies et les dictionnaires. Il lit beaucoup et rapidement. Par contre les garçons ont souvent des problèmes avec l'écriture.

L'apprentissage en général L'enfant-doué manifeste une très grande rapidité d'apprentissage et de compréhension. Ses réflexions étonnent d'autant plus qu'il les formule avec le vocabulaire adéquat. Sa compréhension est globale et synthétique et il n'apprend pas à analyser. Il n'aime pas les répétitions et tout ce qui est routinier. L'enfant-doué supporte très mal l'échec et manque de ténacité face aux difficultés.

La curiosité : Dès qu'il est en mesure de l'exprimer, l'enfant-doué fait preuve d'une insatiable curiosité pour nourrir son envie d'apprendre. Il posera des questions métaphysiques à son entourage bien avant de savoir lacer ses souliers ! Les questions sont variées et originales. Comprendre le "pourquoi" des choses est un souci permanent.

La mémoire : L'enfant-doué est généralement pourvu d'une mémoire très développée qui lui confère une aisance hors du commun. Il n'a pas besoin d'apprendre par c½ur, d'où ses brillants résultats scolaires dans les petites classes. Dès que le travail scolaire requiert un minimum de réflexion et d'effort, l'enfant-doué se retrouve très souvent en situation d'échec.

La solitude
: L'enfant-doué est solitaire et il perçoit sa différence comme un défaut. Il ne veut pas se faire remarquer et arrive à s'adapter à la situation du moment en jouant un rôle de composition. Cette habileté à se camoufler rend souvent l'enfant-doué indétectable.

La distraction : Dès qu'un sujet l'ennuie, il s'évade par la pensée. Il suit son imagination très développée, dans des univers qui n'appartiennent qu'à lui. Il apprend rapidement à donner l'impression qu'il est attentif, mais son esprit est ailleurs. Lorsque le sujet l'intéresse, il est capable de se concentrer et de montrer un grand sens de l'observation.

Le perfectionnisme : L'enfant-doué est souvent perfectionniste, ce qui se traduit par moments, par une lenteur à exécuter des tâches qui paraissent simples aux autres.

L'humour : Le recours à l'humour est fréquent et précoce. C'est le meilleur moyen que trouve l'enfant-doué pour se mettre à distance des événements. Plus que tout autre, il a besoin de ce regard d'observateur, comme s'il était étranger à son entourage.

L'esprit critique : L'enfant-doué voit rapidement les "failles" d'une personne ou d'une démonstration, et n'hésite pas à les dénoncer.

Les centres d'intérêts : Les enfants-doués sont généralement attirés par l'univers, l'astronomie, la préhistoire et l'origine de l'homme. Ils aiment souvent aussi les jeux compliqués, ceux qui peuvent leur apporter quelque chose car sinon, ils n'ont aucune prédilection pour les efforts vains. Ils ont des passions, mais lorsqu'ils ont l'impression d'avoir épuisé le sujet, ils en changent.

L'hyper-sensibilité : L'enfant-doué est hypersensible, tout spécialement à l'injustice qui lui semble naturellement illogique, et ce, même s'il n'en est pas victime personnellement. Il se sent aussi très concerné par la détresse des autres et fait preuve d'altruisme. Son sens esthétique est aussi très développé, qu'il s'agisse d'arts ou d'environnement. Il attache une grande importance à ce dernier.

La dyssynchronie : (D'après la définition donnée par Jean-Charles Terrassier) Les enfants-doués surprennent par le décalage entre leurs remarques pertinentes et les maladresses dont ils font preuve dans certaines activités. Leur comportement est souvent perçu comme puéril et négatif par les autres.

Le sang-froid : L'enfant-doué fait généralement preuve d'un sang-froid hors du commun dans les situations d'urgence. Son esprit de synthèse évalue rapidement la situation et il cède rarement à la panique. Il s'en veut souvent, à posteriori, de ne pas être intervenu alors qu'il estime qu'il aurait du le faire. Mais sa grande timidité l'empêche trop souvent d'agir.

Sources : precoces.org

Bref, pas toujours facile à vivre ... :mellow:
 
#5
thomas72 link=topic=5131.msg48483#msg48483 date=1129816738 a dit:
Portrait-robot d'un enfant précoce :
(....)

Bref, pas toujours facile à vivre ... :mellow:
c'est clair, j'ai une enfant plus ou moins précoce et ça m'a pas réussi socialement jusqu'à ce que je commence à chuter dans les notes au lycée :laugh: (pour être comme les autres me disent certains :biggrin: )
aucun avantage pour moi..........
pis avec l'age et selon ce que l'on vit et rencontre, on se retrouve à peu près à niveau égal... donc.... plus de ***** qu'autre chose.
après peut être y a t il plus de cas extrêmes... ?
 
#6
Attention, être précoce ne veut pas dire surdoué.
On est surdoué quand on est en avance sur le plan intellectuel (et cela dure toute la vie).
On est précoce jusqu'à un certain âge puis, on revient au niveau des autres.

La grosse difficulté pour ne pas que cet "avantage" devienne un inconvénient, c'est que l'enfant ne doit pas s'ennuyer (pour les surdoués et les précoces) et surtout, qu'il continue à travailler car un enfant précoce, pendant longtemps, n'a pas a travailler pour réussir. Or, quand il rejoint le niveau des autres (souvent en 4e/3e), comme il n'a pas d'habitudes de travail, alors du coup, il est perdu, son ego en prend un coup, et il est très dur d'apprendre à travailler à cet âge là ........ d'où des échecs scolaires !!! Les surdoués n'ont pas le même problème.
Or souvent, on mélange les deux et du coup, les enfants précoces, s'il sne sont pas bien suivis, connaissent des échecs, parfois plus nombreux que les élèves dits "normaux".
 
#7
ico link=topic=5131.msg48605#msg48605 date=1129826533 a dit:
La grosse difficulté pour ne pas que cet "avantage" devienne un inconvénient, c'est que l'enfant ne doit pas s'ennuyer (pour les surdoués et les précoces) et surtout, qu'il continue à travailler car un enfant précoce, pendant longtemps, n'a pas a travailler pour réussir. Or, quand il rejoint le niveau des autres (souvent en 4e/3e), comme il n'a pas d'habitudes de travail, alors du coup, il est perdu, son ego en prend un coup, et il est très dur d'apprendre à travailler à cet âge là ........ d'où des échecs scolaires !!! Les surdoués n'ont pas le même problème.
C'est totalement vrai, j'ai jamais ouvert un cahier au collège, les devoirs vite fait dans le car au grand desespoir de mes parents mais je m'en sortais très bien! Par rapport à ma soeur qui restait des heures sur ces leçons ! Mais après en seconde ça m'a bien ramasser, j'avais eu l'habitude de pas faire grand chose !! Et maintenant je regrette un peu car je n'avais pas vraiment d'organisation et c'est dur de s'y mettre, car même après en cours je m'en sortais, sur les petits controles, les bac blancs, les bts blanc.... Mais le jour de l'exament c'est pas la même donc il faut les passer deux fois pour les avoirs à chaque fois. !!!
 
#8
Ico a raison, il ne faut pas confondre 'précoce' et 'surdoué', j'étais une enfant précoce jusque environ le début du collège et après en 2de je suis revenue au niveau des autres. Tant mieux parce qu'on me considérait comme l'intello de service et ça fait pas que du bien... Je suis comme chacha, j'ai su l'alphabet par coeur à 2 ans, lire à 4 ans, je ne révisais jamais pour les contrôles pendant toute ma petite scolarité, je comprenais tout très vite et bien, j'avais toujours d'excellentes notes donc je n'avais pas l'habitude de travailler, jusqu'au lycée où là je me suis ramassée, ça devenait plus dur, et je ne savais pas réviser, je n'avais jamais appris, donc j'ai chuté et beaucoup, et ça fout un coup à l'ego c'est clair :laugh: mais je restais dans la moyenne.. En terminale, je me suis boostée j'ai retrouvé mes réflexes d'avant et j'ai passé le bac les mains dans les poches.. Mais ça reste un problème pour moi car je ne sais toujours pas réviser, je ne sais pas ce que ça fait, je voyais ma soeur toujours dans mes cahiers et je comprenais pas qu'elle comprenait pas justement quand j'essayais de lui expliquer !!! (car je ne sais pas expliquer non plus)
Socialement, ça n'aide pas trop non plus, tout le monde vous croit toujours plongée dans vos bouquins, mais quand on me charrie là dessus je réponds tout le temps 'entre la beauté et l'intelligence, au moins j'ai choisi l'intelligence' :wink2:
 
#9
Laurelyne link=topic=5131.msg48627#msg48627 date=1129828564 a dit:
Socialement, ça n'aide pas trop non plus, tout le monde vous croit toujours plongée dans vos bouquins, mais quand on me charrie là dessus je réponds tout le temps 'entre la beauté et l'intelligence, au moins j'ai choisi l'intelligence'  :wink2:
t'avais peu être pas le choix  :laugh: (c'est du 4ème degré voir plus)
Personnellement à l'école j'en ai pas réellement souffert. Le seul avantage que j'ai garder c'est que si j'écoute un cours généralement juste besoins de le lire et encore et c'est bon c'est dans la tête.Et le truc qui énerve les profs, parler en cours et être capable de répondre à la question du prof (mon prof de droit de bts ça l'énervé ) :tickedoff : laugh:
 
#10
Attention aussi au terme "intelligence". La vivacité de l'esprit ne fait pas "l'intelligence" dans son intégralité et heureusement. L'intelligence se travaille et aller à l'école en est un moyen. Bon nombre de personnes intelligentes mais qui ne la travaille pas finissent par être "limités". Il faut travailler ses compétences, le temps d'y parvenir n'est pas LE critère qui définit l'intelligence, mais plus la reflexion, l'analyse et les solutions apportées, le comportement social, l'écoute ........ cela en fait des choses ! Or le risque, lorsque l'on est jeune et que personne ne vous remet dans le droit chemin, c'est, parce qu'on a des facilités, ce croire d'une intelligence supérieure .......... et du coup, on devient bête !!!! L'environnement familial, scolaire et amical est donc déterminant dans la réussite des enfants précoces pour qu'ils deviennent des adultes raisonnables et bien dans leur peau.
 
#11
chacha link=topic=5131.msg48631#msg48631 date=1129828855 a dit:
t'avais peu être pas le choix  :laugh: (c'est du 4ème degré voir plus)
.Et le truc qui énerve les profs, parler en cours et être capable de répondre à la question du prof (mon prof de droit de bts ça l'énervé ) :tickedoff : laugh:
Ce qui énerve les profs n'est pas que tu répondes, c'est que tu perturbes le cours en discutant et que celui avec qui tu parles, lui, aurait besoin d'écouter !!!! il n'y a rien de plus pénible que de faire un cours en essayant d'expliquer clairement les choses et d'entendre des personnes parler en même temps. Essayer un jour et vous verrez que c'est vraiment désagréable !!!
 
#13
ico link=topic=5131.msg48642#msg48642 date=1129829317 a dit:
Ce qui énerve les profs n'est pas que tu répondes, c'est que tu perturbes le cours en discutant et que celui avec qui tu parles, lui, aurait besoin d'écouter !!!! il n'y a rien de plus pénible que de faire un cours en essayant d'expliquer clairement les choses et d'entendre des personnes parler en même temps. Essayer un jour et vous verrez que c'est vraiment désagréable !!!
Non mais je sais, mais je crois bien qu'il avait un peu baisser les bras se pauvre prof, il était déjà content quand il avait un peu de monde !

t'as souvent raison ICO quand même, toujours le bon mot, je te félicite  :wub
 
#14
Si mon grand âge peut au moins m'apporter ça, c'est toujours bon à prendre .......... en tout cas merci, je prend le compliment bras ouvert et je vais passer une bonne soirée !!!! :biggrin: :biggrin:
 
#15
ico link=topic=5131.msg48659#msg48659 date=1129829790 a dit:
Si mon grand âge peut au moins m'apporter ça, c'est toujours bon à prendre .......... en tout cas merci, je prend le compliment bras ouvert et je vais passer une bonne soirée !!!!  :biggrin: :biggrin:
de rien franchement c'est vrai t'es souvent de bon conseil :biggrin:
 
#17
Quand on "teste" un enfant, on le dit précoce quand il a un QI de 90 à 130.
Au delà de 130, on le dit surdoué.

C'est ce qu'il m'a été indiqué quand mon cadet a été testé à 131 à l'âge de 7 ans.
Puisqu'il s'ennuyait très fortement à l'école et que personne ne comprenait pourquoi, il a fait une déprime, et c'est à ce moment là qu'on a fait tilt.
On l'a donc fait sauté une classe et depuis tout va mieux. Je ne peux pas dire que ca va bien, je dis juste mieux.

Ce qui est beaucoup plus dur à vivre, et c'est là que j'aurai voulu des témoignages, c'est au niveau de l'affectif, du comportement de l'enfant.
J'essaie toujours de le comprendre mais j'ai bien du mal parfois. Auparavant très renfermé sur lui-même, il s'est ouvert peu à peu aux autres.
Mais malgré tout, il ne se confie jamais, garde ses peines et ses rancunes en lui, a du mal également à exploser de joie, il est assez personnel et égoiste, on a l'impression qu'il n'a jamais besoin des autres.

C'est ca qui m'embête le plus.....

Je ne l'ai jamais poussé au niveau des études. Actuellement il a 13 ans et est en 3ème. Je sais que j'aurais pû le faire avancer plus vite, mais je n'ai jamais voulu sacrifier son enfance et maintenant son adolescence pour ca.
Je lui ai toujours demandé s'il se sentait bien à l'école.... il me répond que oui donc on ne bouge pas. Mais je sais qu'il s'est mis au niveau des autres tout simplement.
Je pense qu'il va exploser au niveau du lycée par contre.....

Non franchement, ce qui me turlupine, c'est le caractère, moi j'ai peur d'avoir un enfant qui ne se sente jamais bien dans sa tête et dès fois je ne sais que faire pour ca.....
 
#18
hello,

Comme je le disais plus haut je ne parlais pas à mes parents, ne le force pas, si on me forçait, je faisait une crise de nerf ou alors la variante je ne parlais pas. Et mes parents ne savaient pas quoi faire il me croyait malheureuse mais moi je ne me souviens pas d'avoir eu une enfance malheureuse. A mon avis évite d'être trop après lui car il va se sentir trop différent des autres et il ne comprendra pas pourquoi.

Et pour le égoiste c'est qu'il veut tester tout seul, t'inquiète pas j'ai des amis je ne suis pas réjeter, donc t'inquiète pas pour ton fiston par contre j'avais besoins de beaucoup d'indépendance, j'adorais l'internat, les colonies partir 5 semaines à 7 ans même pas peur !
 
#19
Ben ne pas le forcer à parler c'est dur dur pour moi qui veut absolument de la communication dans la maison !
Mais c'est vrai, je vois bien en ce moment, dès que je veux soulever un problème il a le menton qui bouge et est prêt à pleurer, mais il ne me sort absolument rien !
Je ne veux pas qu'il reste seul face à ses soucis, je sais trop ce que ca donne.....

Mais bon, s'il faut respecter ca, je le ferai, mais est ce vraiment une bonne chose ? Je ne sais pas.....

Pour l'indépendance, ca il n'y a aucun problème ! Ca fait belle lurette qu'il se débrouille pour tout tout seul, même au niveau scolaire. Ca ca ne m'inquiète pas, mais le reste, c'est une autre manche !
 
#20
je ne sais pas trop quoi te dire il faudrait que je demande à mon père comment il faisait avec ma mère pour surmonter ça ! Mais je crois bien qu'ils étaient un peu comme toi c'était un peu le jour, le jour ! mais par contre avec les personnes extérieures à la famille nickel ! Je lui demanderais quand je l'aurai au téléphone, car moi je n'ai pas le même recule que lui
 

Ca peut vous intéresser